Ouvrir le menu principal

Wikipedia β

  • Normaund de la Graund'Terre Normaundie
  • Jèrriais Nouormandie
Chutte section fut c'menchie en Jèrriais Jèrriais
Eune couleu Nouormande

La Nouormandie est un pays en Ûrope tch'est châré souos deux souv'rain'tés. Y'a la Grand' Tèrre et l's Îles d'la Manche.

La Grand' Tèrre est Française, mais les deux bailliages des Îles d'la Manche sont Britanniques. Dans l's Îles, la Reine Lîzabé II est l'Duc dé Nouormandie, mais la France est eune républyique. La Grand' Tèrre est dans l'Unnion Ûropéenne, mais l's Îles sont hortes d'ilo.

Cont'nu

HistouaitheModifier

Chutte section fut c'menchie en Jèrriais  
Viyiz Histouaithe d'la Nouormandie

Lé preunmié Duc dé Nouormandie 'tait Rollon - en 911. Et en 1066 Dgillaume lé Contchéthant d'vînt lé Rouai d'Angliétèrre auprès la Batâle dé Hastings. Auprès 1204 l'Duché fut divisé entré l'Rouai d'France et l'Rouai d'Angliétèrre.

GéographieModifier

Chutte section fut c'menchie en Jèrriais  
 
Eune carte d'la Nouormandie

La Grand' Tèrre a deux régions et chîn dêpartéments.

Les deux régions sont la Haute Nouormandie et la Bâsse Nouormandie. Rouën est la capitale dé la Haute Nouormandie, et Caën est la capitale dé la Bâsse Nouormandie.

Dans la Haute Nouormandie y'a deux dêpartéments: Seine-Mathitînme et Eure.

Dans la Bâsse Nouormandie y'a trais dêpartéments: Manche, Calvados et Orne.

Les villes împortantes sont:

Épis y'a:

Des pays Nouormands:

TchultutheModifier

Chutte section fut c'menchie en Jèrriais  
 
La cathédrale dé Rouën faite par Claude Monet

Bein des touristes veinnent en Nouormandie à seule fîn d'vaie la Tapiss'sie d'Bayeux et l'Mont Saint Miché.

En Nouormandie nou fait:

Eune jouornaée de pilageModifier

Chute sectioun est merqùie en Cotentinais  
 
Eune boutelle dé p'ré Nouormand

Jean-Batisse men graund-pé aveit décidaé, en ch’tu jouornaée de nouvembe, de pilaer sen touniâo de beire.

I s’était déjuqui à la crique du jouo, aveit allumaé le féeu dauns la queminaée et mins la souope à la graisse à récâoffaer dauns eun p’tit câodroun aĥoqùi à la crémillie . I mint itou le tâopin de cafaé à câoffaer sus le bouord dé l’âtre. Ampraès cha, dauns ches déeus chabots de boués, i sourtit dauns la couor, cllenchit la pouorte de l’établle es vaques. Arrivaé ilo, i poussit eun ébrai de féchoun a déjuqui Léioun sen p’tit valet. Ch’est dauns la carre du fenin, dreit oû-d’ssus des vaques, qu’était agencie la chaumbe de Léioun, Lé p’tit valet était eun quenâle nertouin d’eune quinzanne d’annaées qué Jean-Batisse aveit louaé à la louorie des Pûs pouor l’aindyi sus sa faisaunche-valei. Ensueute dé cha, i s’en feut trachi dauns le cllos derryire l’établle, Pilote eun graos queva perch’choun et l’attaquit souos la qùertrie d’aveu eun bouon picotin d’aveine. I panagit sen queva, li prêchaunt à l’oyère !

– Mouoju men graos, preinds des forches pac’que, annyi ya graos d’ouovrage qui t’atteind, la jouornaée va y-ête louongue, j’allouns pilaer noute touné de beire ! Mouoju men bouonhoume !

Les houmes itou ount déjunaé.

Touos l’s auns ch’est la même auntienne, Jean-Batisse s’enteind dyire :- Ch’est byin de l’ouovrage ! Ma fei d’ Du , l’annaée tchi vyint, je prenrai ( la presse ) en eune démin jouornaée jé s’souns tchite, a l’éga d’ouovragi eune sémanne oûtou du prinseu !

Veire, ch’est seu que ch’est mens ouvrageus ! Mais cha ne vâot paé le beire qu’ount tréjous fait noûs gens, parai !

Déhors, Pilote qu’a sen attelage sus le dâos capuche l’aire en pyirres dé sen chabot !

Le prinseu , ch’est eune mannyire d’âoge rounde creusaée dauns le granî dauns qui que no met les poumes à écraboui. Ou mitan , cha fait coume eun pyénître dreit oû milleu dé dequi est pllauntaé coume eun âbre, eun pâoteau dé déeus métes dé hâot.

Ch’est sus ch’tu pyénître, alentou du pâoteau, qué sount les souéssauntes dyis bouessiâos de poumes qui fâot pilaer pouor remplli le touné de syis chents pâots qu’est cauntaé dauns le chelyi. La gouole du queva est attaquie par eun vâtoun à ch’tu pâoteau dréchi oû milleu de la couoronne dé granî et l’obllige a tréjouos touornaer en round, sauns travêqui !

Pilote est attelaé es louordes pyirres roundes ( les meules ) qui vount écraboui les poumes dauns l’âoge.

Jean-Batisse doune eun drényi couop d’u à l’attelaée et doune eun miot de voué pouor encouragi lé queva qu’ardréche la tâete. Les déeus reues quémenchent à s’enroutaer en grinchaunt, o vount ébllaqui les poumes doun Léioun a remplli l’âoge à graundes pelletaées !

Les poumes jutouoses, écrabouies, fount des écllincheures sus les bouords dé l’âoge !

O pronnent eune couleu doraée qué no creirait du mié !

Eune oudeu de poumes mueures rempllit le prinseu !

Derryire la déeuzîme reue, eun p’tit râté grille sus les bouords dé l’âoge et ramasse lé mâr qué le peids des meules a écllinchi sus les fllauns dé granî.

Pilote a prins la bouone cadenche, le brit de ses chabots résoune sus les vuules pyirres.

Léioun est pllauntaé jusqu’oûs genours oû mitan du tas de poumes. Entr’ déeus de remplli l’âoge, i quétille lé queva de la voué et du fouet !

Dija Jean-Louis s’otchupe du mâr. I le preind à graundes pelletaées dauns l’âoge, et l’évalingue sus le mitan de l’émai.

Fâot byin butaer lé queva de teimps en teimps pouor qui résupe sen vent, et pis fâot dégagi à fait l’âoge des poumes écrasaées. Jean-Louis, juqui sus le pllaunchi de l’émai, tasse, équerde, évâopille les couoches dé mâr.

Graund’mé Marie-Louise s’est déjuquie de bouonne heure pouor les aindyi. Ch’est lyi qui doune les brachies de gllu à sen houme, pouor les étalaer entre les couoches dé mâr. Si o ni m’ttait paé la man, le beire né s’sait paé bouon qu’o dit !

 
Êtrétat

Couoches ampraès couoches, Jean-Batisse pôse eun lyit dé gllu.

Pis no z-enteind dé nouvé les louordes meules qui grinchent dauns lus âonyires dé granî, le brit des poumes ébllaquies. Et le mâr mounte en couoches réguulyires oûtou de la graosse vis dé serrage en boués.

A la chinquîme couoche, lé jus quemenche à puroter es bouots des fêtus. I tumbe gouotte à gouotte et russéle sus le pllaunchi du prinseu. Byintôt, no l’enteind coulaer par le bérot de l’émai dauns la tchue en quêne qu’est gencie d’arras l’émai.

A l’heure de la colatioun, sus le couop de dyis heures, syis couoches dé mâr sount étagies sus l’émai .

Ampraés la pôse, Pilote, sauns faiblli, arquémenche à tournaer en round dauns le brit familyi des meules. Le beire couole achteu réguulyirement dauns la tchue et, à la ounzîme couoche, no se bute pouor beire eun couop...!

I va yête médi.

La dernyire couoche dé mâr est tassaée, byin équarrie. Ya pus mais qu’a pôsaer les pllaunches sus le hâot du tas et, en travers de ches pllaunches, de louords morciâos de boués. Pouor finin le ( moutoun ) est pôsaé, i va pesaer sus l’ensemble, oû-fû-et-à m’sû du serrage. Le serrage qui va se faire oû moyen d’eune courouone à cllavettes que no fait marchi d’aveu eune louongue barre de fé. ( Ch’est la louongue étreinte ) Prémi que no féche bouogi ch’tu barre de fé, la courouone s’abaisse d’aveu eun dous brit, o d’scend en tournaunt douochement oû louong de la vis en boués. Les couoches dé mâr pinchies sé tassent, lîssaunt dépuraer le jus partouot alentou de l’émai !

La tchue se rempllit padaunt qu’eune brôe bllaunche mounte d’aveu le beire . Mais attâtioun, la tchue va y-ête pllenne, o va débordaer, il est graund l’heure dé querrier le beire dauns le touné. Le pus graos de la corvaée est fait, ch’est l’heure dé mouogi, il est eune heure d’arlevaée achteu . . .

Les jouors d’ampraès, i z-ount halaé sus la barre jusqu'à qué le mâr seit byin sé. Pis i l’ount retailli, et mins à trempaer eune nyit dauns vingt pâots d’iâo. Ampraès l’aveî arcouchi sus l’émai, il a étaé serraé enco jusqu’à pis pus.

A matin, eune sémanne ampraès, i l’ount dounaé à mouogi es âomales qu’en raffolent, dauns le bouord du cllos.

Viyiz étoutModifier

Y'a acouo d'tchi à vaie ou à ouï entouor
la Nouormandie
siez la C'meune à Ouitchimédia