Ouvrir le menu principal
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg
Normaundie
Nouormandie (jer.)
Normandie (gue. et fr.)
Normãdi (ser.)
Flag of Normandie.svg Blason duche fr Normandie.svg
Auntienne : J'irai reveî ma Normaundie
Motto : Diex Aïe !

Viriliter et Sapienter

Faête natiounale : du 22 oû 30 septembe
Normandie in France (1789).svg
Graundes coses à saveî
Pays : Flag of France.svg Fraunce,
Flag of the United Kingdom.svg Riyâome-Eunin
Chef-luu : Rouen
Gentilitaé : Normaund, Normaunde
Laungue(s) offichielle(s) : normaund, fraunceis
Histouère
11 dé juillet 911 : Foundatioun de la Duchie de Normaundie par Routraitaé de Saint-Cllaî-sus-Epte
1066 : Duc de Normaundie Gllâome lé Counqùéraunt fait le counqùêt dé l'Aunglléterre, à parti d'ilo, lé Duc de Normaundie est itou Rei d'Aunglléterre.
1102-1485 : Règne des Pllauntagenaêt, tréqu'en 1469 la Normaundie et l'Aunglléterre sount eune eunitaé politique que les Pllauntagenaêt tentent d'eunifiaer tchulturellement, notaumment grâche ès coumpositiouns du poète aungllo-normaund Wace. L'élite dé l'Aunglléterre pâle alors touote entyire lé normaund.
1337-1469 : Gùerre dé Chent-Auns entre lé Duc de Normaundie et Rei d'Aunglléterre et pis le Rei de Fraunce, recounqùaête fraunceise dé la Normaundie en 1469 et drényire séparatioun de la Normaundie d'aveu l'Aunglléterre.
juin 1944 : Débarquement en Normaundie des souodards américans, aunglleis, canadiens & fraunceis pouor sâover la Fraunce dé l'otchupatioun allémaunde.
Amménistratioun
Gouovernement : Graund-Terre : régioun amménistraée par eune préfecteure

Dauns l's îles : Deus bailliages

• Président dé la Répeubllique fraunceise : Emmanuel Macron
• Reine d'Aunglléterre et Duchesse de Normaundie : Lisabiâo II
Graundeû de terran : 30 100
Populatioun : 3 499 280
Densitaé : {{{densitaé}}}
Âotes coses à saveî
Mouneie : Euro
Code-téléphoune : +33 (Graund-Terre)

+44 (Îles)

Doumanne sus la teile : .fr (Graund-Terre)

.uk (Îles)

La Normaundie (ou Nouormandie en jerrieis ; en gùernesieis et en fraunceis Normandie, en aunglleis Normandy, en vuû fraunceis et vuû normaund Normandie qùi vyint du noum Normant qùi veurt dire « eun habitaunt de Normandie » et qùi vyint dé Norðmann en vuû norreis, Nortmanni en vuû fraunchique et Norþmann en vuur aunglleis, qùi veulent dire « houme du Nord ») est eun pays tchulturé et amménistratî qùi sé treue enhyi souos déeus souoverannetaés : la Graund-Terre est fraunceise et counstitue eune des 18 régiouns de Fraunce, et l's îles sount des bailliages du Riyâome Eunin. Ch'est eun pays qùi vyint de l'aunchienne Duchie de Normaundie.

La Normaundie dé la Graund-Terre est départagie entre chinq départements amménistratîs : lé Calvados, l'Eure, la Maunche, l'Orne et la Seine-Maritime, et la Normaundie d's îles est départagie entre 13 îles régies per deus bailliages : chen dé Jerry et chen dé Guernesey. La Graund-Terre queuvre 30 627 km2, ch'est 5% du territouère fraunceis et ol a 3,37 milliouns d'habitaunts, ch'est itou 5% dé la popeulatioun fraunceise.

Les habitaunts dé la Normaundie sount appelaés les Normaunds (et Normaundes quaund ch'est des dames) et la Normaundie de la Graund-Terre est le bers historique dé la laungue normaunde.

Historiquement, la Normaundie feut créaée en 911 par eun signeû norvégien, eun « jarl » coume cha se dit en vuû norreis, qùi s'appeleit Rou (nos peut itou dire Rolloun). Chu signeû faiseit partie des northmen, d's « houmes venuns du Nord » qùi pilleient les côtes dé touote l'Europe dauns chu temps-lo. Lé Rei de Fraunce Carles III councllusit aveu Rou lé traitaé de Saint-Cllaî-sus-Epte lé 11 dé juillet 911 qùi faiseit de Rou lé prémyî Duc de Normaundie et eun vassâ du Rei de Fraunce. Chu traitaé feut itou la naîtaé dé la Duchie de Normaundie. En 1066, lé Duc de Normaundie Gllâome lé Counqùéraunt feut en Aunglléterre pouor counqùerre de nouovelles terres, i print possessioun de l'Aunglléterre et à parti dé chu temps lé Duc dé Normaundie éteit itou Rei d'Aunglléterre. Les trouoblles entre Fraunce et chu nouové réyâome d'Aunglléterre feûtrent graunds duraunt la gùerre dé Chent-Auns et ampraés la Révolutioun fraunceise, la Graund-Terre décessit d'être Duchie de Normaundie pouor être eune régioun dé la Républlique fraunceise. Adoun enhyi, la Reine d'Aunglléterre Lisabiâo II est cô Duchesse dé Normaundie mais seûment de lé Normaundie aunglleise : l's îles.

HistouèreModifier

Viyiz Histouère dé la Normaundie

L'Histouère dé la Normaundie est loungue et couneut graunment d'évènements merqùaunts qùi servent à y démentaer pusuurs époques. Chu décopage suut cheti-chin coumeunément admins pâ les historyins.

La Normaundie avaunt le counqùaêt pâ les CheltesModifier

Grâche ès traches arqùéologiques coumes les peinteures sus cave, je soumes reide seûrs qué d's humans se trouoveient en Normaundie oû meins ès temps préhistoriques, espéchialement dauns l'Eure et dauns le Calvados, biâo qué les peinteures sus cave dé Gouy et d'Orivâ témouengnent dé chu que la Seine-Maritime feut itou enhabitaée par des houmes. Pusuurs mégaliths peuent être veus sus le territouère normaund et i sount quasi trétouos dauns le maême estyle.

La Normaundie oû temps des CheltesModifier

Les Cheltes éteient eun peuplle, oubyin pus préchisément eune amouochelaée de peuplles esseus de la maême braunque, qùi vîntrent du vouêt oû IVe syiclle avaunt Jésus-Chrît. Il ount counqùis trétouot le nord dé la Fraunce et touote la Normaundie feut hauntaée pis enhabitaée par ieus. Les traches arqùeologiques et les chimétyires mouôtrent qué leus peupllément feut loung et aunchyin, dataunt d's époques des tchulteures dé Hallstatt et de la Tène.

En Normaundie, i s'ademouorîtrent et dounîtrent pusuurs tribus. I sount vraiment le coumenchement d'eune chivilisatioun couneue en Normaundie pisqu'i dounîtrent leus noums de tribus à gros de viles en Normaundie et que nos y a guardaé leus mémouère vive. Jé counaissoums ches Gâoleis, coume nos les appelle, en graund partie grâche ès Romans qùi écrivîtrent d'exçaès sus ieus. Dauns De Bello Gallico, Jules Chésar nouos doune les noums de bellement de tribus gâoleises qu'il empannelle dauns la cllasse des Gâoleis Belgae. En 57 avaunt J.C., la Gâole tentit de s'eunifiaer derryire Verchingétoris countre lé counqùaêt roman mais ch't éprouovage feut veinqùeu à Alésia. Paémeins, Chésar rapporte qué maême ampraés l'assyigement d'Alésia et la défaite, i y eut de la résistaunce en Normaundie tréqu'en 50 avaunt J.C. countre les Romans.

Veichin eune liste de tribus gâoleises aveu le noum de leus chef-luu et ampraés le noum actué qùi correspount :

  • L's Abrincates qùi fîtrent leus chef-luu à Ingena, achteû Avraunches,
  • L's Aulerci Eburovices qùi fîtrent leus chef-luu à Mediolanum, achteû Evreux,
  • Les Baiocasses qùi fîtrent leus chef-luu à Augustodurum, achteû Bayeux,
  • Les Calates qùi fîtrent leus chef-luu à Juliobona, achteû Lilebouone,
  • L's Esuvii qùi fîtrent leus chef-luu à Uxisama, achetû Exmes,
  • Les Lexovii qùi fîtrent leus chef-luu à Noviomagus Lexoviorum, achteû Lisieux,
  • Les Sagii, i dounîtrent leus noum à la vile dé Sées,
  • L's Unelli qùi fîtrent leus chef-luu à Cosedia, pus tard ranoumaé Constantia, achteû Couotaunches,
  • Les Veliocasses qùi fîtrent leus chef-luu à Rotomagus, achteû Rouën,
  • Les Viducasses qùi fîtrent leus chef-luu à Aragenuae, achteû Vieux.

J'avoums ratrouovaé d'exçaès de traches des Gâoleis sus des endreits arqùéologiques coume des casques, pusuurs agobiles, des reuines de maisouns et des chimétyires.

La Normaundie romanneModifier

 
Lé site arqùéologique dé Briga-Bouès-L'Abbaé empraés d'Eu.

En 27 avaunt J.C., l'empéreux Âogùuste fit rareunaer l'amménistratioun du territouère dé la Gâole, les Caletes et les Veliocasses feûtrent rajouôtaés à la provinche dé Gallia Lugdunensis, la « Gâole lyouneise », qùi aveit sen chef-luu à Lyoun. La romannisatioun de la Normaundie feut aquevaée seloun les mannyires couôteumyires : veies romannes et politique d'eurbanisatioun. Lé latin feut itou apprins ès populatioun gâoleises dé faichoun reide efficache. La laungue normaunde actuelle est eune laungue romanne, biâo qué le gâoleis se seit pouorsuut dauns l'acchent des populatiouns gâoleises quaund i pâleient leus latin.

Des aumphithéatres romans feûtrent bâtis dauns les graundes viles coume à Rotomagus (Rouën) iyoù i se trouoveit souos l'actué câté de Philippe Âoguste, oubyin cô à Briga, dauns l'actuelle foraêt d'Eu, iyoù qué je pououms cô le veî, oubyin cô à Lilebouone iyoù qué je pououms cô veî ses reuines itou.

La caumpangne normaunde sé couovrit itou de villas romannes qùi feûtrent counstruutes séloun déeus pllauns : eun pllan typiquement roman, od eun aitre ou atrium oû mitaun de la villa, et eun âote pllaun qùi semblle être eun mêlaunge entre l'arqùitecteure romanne en pyirre et chute ès Gâoleis, puttôt en bouès et bâoge. Ch'est ch't estyle qùi a fait naître l'arqùitecteure à pauns de bouès typiquement normaunde et qùi feut cô majoritaire tréqu'oû XIXe syiclle : lé prémyî déjuc en pyirre et le bâti pus hâot en pauns de boués et bâoge.

Nos sait grâche à Pllène l'Aunchyin que la régioun pouorduuseit du bllaé et du lin, chu qùi est bouon pouor faire dé la teile. La Normaundie 'teit déjan couneue dauns chu temps pouor ses draps et ses teiles. Pllène ramerque itou qu'ya graunment de fana, des templles dé petite tâle od eun pllaun carraé. Ches templles feûtrent seûrement des luus de pérélinage coume Evreux qùi feut eune graunde vile grâche à sen pérélinage aveu eun forum, des bans, eune basouoque et eun théatre gâoleis. Lé pérélinage d'Evreux 'teit couneu pouor sen tchulte à eune divinitaé féminène.

La crise du IIIe syiclle et la perte dé la Normaundie pâ les RomansModifier

Oû IIIe syiclle, des envahiments pâ les « Barbares », ch'est-à-saveî des peuplles germanniques venuns des rives dé la Baltique, coumenchîtrent dauns touote l'Europe occhidentale, en Normaundie itou. Des traches de fuus et des trésors enfouîs à la hâte têmouengnent d'eun hâot nivé d'inseurtaé dauns la régioun, et nos sait que les côtes feûtrent souovent suurvâodraées par des raids de pirates saxouns. La situatioun dévint tellement grève qué touote eune milice de Sueves feut minse en garnisoun à Constantia (Couôtaunches), lé chef-luu des Unelli. Ensuute, d'âotes milices feûtrent faites coume les Batavi à Civitas Baiocasensis (Bayeux).

La Réforme dé Diocllétyin détaqùit la Normaundie d'od la Bertangne mais o demouorit dauns la Gallia Lugdunensis. Ch'est à chu moument qué le christyinême rentrit en Normaundie, en 260, aveu Saint Mellon, eun prêcheux qùi peut aveinre Rouën et y aireit fait eun miraclle (Duu aireit fait ravivre pâ li eun éfaunt teumbaé d'eune maisoun sus l'actuelle pllèche dé la cathédrale) devaunt qué d'allaer dauns le pays de Bray et d'y être martyrisaé. Saint Mellon est counsidéraé coume lé prémyir évaêque dé Rouën. Lé christyinême pouorsuuvit s'n épardage ensuute dé mannyire cllaundestène.

En 313, l'Empire Roman se counvertit offichiellement oû christyinême, eune prémyire basouoque feut coumenchie à Rouën et eune âote à Evreux. Mais l's envahiments des Barbares sé pouorsuuvîtrent itou et l'Empire Roman deut counsentre à faire des pactes aveu ches Barbares. En 406, les Alains et les qùiques âotes peuplles germanniques envahîtrent pâ le vouêt et les Saxouns briscailleient tréjouos pâ les côtes. Chu counduusit Aegidius à établli le Doumanne dé Souessoun qùi print itou eune partie de la Normaundie (lé chef-luu de chu doumanne éteit Souessoun, la vile des Suessiones), eun doumanne en partie copaé de l'Empire mais que ses habitaunts se diseient cô romans. Sen fî Syagrius li seucchidit en 464 et i demouorit tréqu'à la fin de l'Empire et du Doumanne en 486, quaund i feûtrent counqùis pâ les armaées frauncques dé Cllovis. Lé counqùaêt fraunc feut reide à-cop et les drényirs Romans qùi tentîtrent dé countropposaer abaundounîtrent et feûtrent dauns les viles pouor s'abriaer, coume trétouot le mounde deveit faire dauns ches temps d'inseurtaé. La toponymie nouos fait coumprenre qué les différents peuplles barbares s'éteient fédéraés et s'éteient ademouoraés ensemblle. L'Empire teumbit en 476.

Les Reis frauncs et la NeûtrieModifier

L’s envahiments escaundinavesModifier

La Duchie de NormaundieModifier

Willâome lé CounqùérauntModifier

Batâle dé Valles-ès-DeunesModifier

Counqùaêt de l'AunglléterreModifier

Le raègne des Pllauntagenaêt et l’Aunglléterre normaundeModifier

Les counqùaêtes normaundes tréqu’en mé MéditerranaéeModifier

La Normaundie radévyint fraunceiseModifier

Les Normaunds en CrouésadeModifier

La Gùerre dé Chent-AunsModifier

Jeanne d'Arc et la fin dé la Gùerre dé Chent-AunsModifier

Le coumenchement de la Ranaissaunce en NormaundieModifier

La Normaundie oû Graund-SyiclleModifier

Les Normaunds oû CanadaModifier

Quaund Jacques Cartier découovrit le Canada en ramountaunt le flleuve Saint-Lâorent en l'aun 1534. Dauns l's années qùi suusent, les Fraunceis prennent possessioun p'tit-à-p'tit du Qùubec et pis il y ademeurent eune colonie. Ch'est en 1608 qué Samuel dé Chaumplan, sus coumaundement du Rei de Fraunce, founde la vile de Qùubec et coumenche vraiment la colonisatioun. Des Fraunceis sont enviaés desdé trétouot le Riyâome et parmi ieux, y eut grâox de Normaunds. En Acadie, eune provinche noumaée Madawaska va recheveî des colouns fraunceis qùi vount s'appelaer ieux-maêmes les Brayouns, ch'est seûrement en rapport aveu les Brayouns du Pays de Bray en Normaundie. Ilo iyoù que nos veit reudement byin ch't apport des Normaunds à la Nouovelle-Fraunce, ch'est oû Qùubec. Si que les Normaunds raprésentîtrent empraés d'30% des colouns nouoviâos venuns de Fraunce, ch'est sutouot dauns l'acchent qùubécqueis que nos peut veî ch't apport-chin. En effaet, l'acchent qùubécqueis a graumment à veî aveu l'acchent câocheis oubyin cotentineis, sutout dauns la féchoun de pouornounchî byin lounguement les an et pis on oubyin cô les ien.

La Nourmaundie oû XVIIIe syiclleModifier

L'industrialisatioun de la Normaundie oû XIXe syiclleModifier

La Normaundie dauns la Prémyire Gùerre MoundialeModifier

La Normaundie dauns la Segounde Gùerre Moundiale et le débarquementModifier

La Normaundie dé depis la fin de la gùerreModifier

GéographieModifier

 
Eune carte d'la Nouormandie

La Grand' Tèrre a deux régions et chîn dêpartéments.

Les deux régions sont la Haute Nouormandie et la Bâsse Nouormandie. Rouën est la capitale dé la Haute Nouormandie, et Caën est la capitale dé la Bâsse Nouormandie.

Dans la Haute Nouormandie y'a deux dêpartéments: Seine-Mathitînme et Eure.

Dans la Bâsse Nouormandie y'a trais dêpartéments: Manche, Calvados et Orne.

Les villes împortantes sont:

Épis y'a:

Des pays Nouormands:

TchultutheModifier

 
La cathédrale dé Rouën faite par Claude Monet

Bein des touristes veinnent en Nouormandie à seule fîn d'vaie la Tapiss'sie d'Bayeux et l'Mont Saint Miché.

En Nouormandie nou fait:

Eune jouornaée de pilageModifier

Chute sectioun est merqùie en côtentineis  
 
Eune boutelle dé p'ré Nouormand

Jean-Batisse men graund-pé aveit décidaé, en ch’tu jouornaée de nouvembe, de pilaer sen touniâo de beire.

I s’était déjuqui à la crique du jouo, aveit allumaé le féeu dauns la queminaée et mins la souope à la graisse à récâoffaer dauns eun p’tit câodroun aĥoqùi à la crémillie . I mint itou le tâopin de cafaé à câoffaer sus le bouord dé l’âtre. Ampraès cha, dauns ches déeus chabots de boués, i sourtit dauns la couor, cllenchit la pouorte de l’établle es vaques. Arrivaé ilo, i poussit eun ébrai de féchoun a déjuqui Léioun sen p’tit valet. Ch’est dauns la carre du fenin, dreit oû-d’ssus des vaques, qu’était agencie la chaumbe de Léioun, Lé p’tit valet était eun quenâle nertouin d’eune quinzanne d’annaées qué Jean-Batisse aveit louaé à la louorie des Pûs pouor l’aindyi sus sa faisaunche-valei. Ensueute dé cha, i s’en feut trachi dauns le cllos derryire l’établle, Pilote eun graos queva perch’choun et l’attaquit souos la qùertrie d’aveu eun bouon picotin d’aveine. I panagit sen queva, li prêchaunt à l’oyère !

– Mouoju men graos, preinds des forches pac’que, annyi ya graos d’ouovrage qui t’atteind, la jouornaée va y-ête louongue, j’allouns pilaer noute touné de beire ! Mouoju men bouonhoume !

Les houmes itou ount déjunaé.

Touos l’s auns ch’est la même auntienne, Jean-Batisse s’enteind dyire :- Ch’est byin de l’ouovrage ! Ma fei d’ Du , l’annaée tchi vyint, je prenrai ( la presse ) en eune démin jouornaée jé s’souns tchite, a l’éga d’ouovragi eune sémanne oûtou du prinseu !

Veire, ch’est seu que ch’est mens ouvrageus ! Mais cha ne vâot paé le beire qu’ount tréjous fait noûs gens, parai !

Déhors, Pilote qu’a sen attelage sus le dâos capuche l’aire en pyirres dé sen chabot !

Le prinseu , ch’est eune mannyire d’âoge rounde creusaée dauns le granî dauns qui que no met les poumes à écraboui. Ou mitan , cha fait coume eun pyénître dreit oû milleu dé dequi est pllauntaé coume eun âbre, eun pâoteau dé déeus métes dé hâot.

Ch’est sus ch’tu pyénître, alentou du pâoteau, qué sount les souéssauntes dyis bouessiâos de poumes qui fâot pilaer pouor remplli le touné de syis chents pâots qu’est cauntaé dauns le chelyi. La gouole du queva est attaquie par eun vâtoun à ch’tu pâoteau dréchi oû milleu de la couoronne dé granî et l’obllige a tréjouos touornaer en round, sauns travêqui !

Pilote est attelaé es louordes pyirres roundes ( les meules ) qui vount écraboui les poumes dauns l’âoge.

Jean-Batisse doune eun drényi couop d’u à l’attelaée et doune eun miot de voué pouor encouragi lé queva qu’ardréche la tâete. Les déeus reues quémenchent à s’enroutaer en grinchaunt, o vount ébllaqui les poumes doun Léioun a remplli l’âoge à graundes pelletaées !

Les poumes jutouoses, écrabouies, fount des écllincheures sus les bouords dé l’âoge !

O pronnent eune couleu doraée qué no creirait du mié !

Eune oudeu de poumes mueures rempllit le prinseu !

Derryire la déeuzîme reue, eun p’tit râté grille sus les bouords dé l’âoge et ramasse lé mâr qué le peids des meules a écllinchi sus les fllauns dé granî.

Pilote a prins la bouone cadenche, le brit de ses chabots résoune sus les vuules pyirres.

Léioun est pllauntaé jusqu’oûs genours oû mitan du tas de poumes. Entr’ déeus de remplli l’âoge, i quétille lé queva de la voué et du fouet !

Dija Jean-Louis s’otchupe du mâr. I le preind à graundes pelletaées dauns l’âoge, et l’évalingue sus le mitan de l’émai.

Fâot byin butaer lé queva de teimps en teimps pouor qui résupe sen vent, et pis fâot dégagi à fait l’âoge des poumes écrasaées. Jean-Louis, juqui sus le pllaunchi de l’émai, tasse, équerde, évâopille les couoches dé mâr.

Graund’mé Marie-Louise s’est déjuquie de bouonne heure pouor les aindyi. Ch’est lyi qui doune les brachies de gllu à sen houme, pouor les étalaer entre les couoches dé mâr. Si o ni m’ttait paé la man, le beire né s’sait paé bouon qu’o dit !

 
Êtrétat

Couoches ampraès couoches, Jean-Batisse pôse eun lyit dé gllu.

Pis no z-enteind dé nouvé les louordes meules qui grinchent dauns lus âonyires dé granî, le brit des poumes ébllaquies. Et le mâr mounte en couoches réguulyires oûtou de la graosse vis dé serrage en boués.

A la chinquîme couoche, lé jus quemenche à puroter es bouots des fêtus. I tumbe gouotte à gouotte et russéle sus le pllaunchi du prinseu. Byintôt, no l’enteind coulaer par le bérot de l’émai dauns la tchue en quêne qu’est gencie d’arras l’émai.

A l’heure de la colatioun, sus le couop de dyis heures, syis couoches dé mâr sount étagies sus l’émai .

Ampraés la pôse, Pilote, sauns faiblli, arquémenche à tournaer en round dauns le brit familyi des meules. Le beire couole achteu réguulyirement dauns la tchue et, à la ounzîme couoche, no se bute pouor beire eun couop...!

I va yête médi.

La dernyire couoche dé mâr est tassaée, byin équarrie. Ya pus mais qu’a pôsaer les pllaunches sus le hâot du tas et, en travers de ches pllaunches, de louords morciâos de boués. Pouor finin le ( moutoun ) est pôsaé, i va pesaer sus l’ensemble, oû-fû-et-à m’sû du serrage. Le serrage qui va se faire oû moyen d’eune courouone à cllavettes que no fait marchi d’aveu eune louongue barre de fé. ( Ch’est la louongue étreinte ) Prémi que no féche bouogi ch’tu barre de fé, la courouone s’abaisse d’aveu eun dous brit, o d’scend en tournaunt douochement oû louong de la vis en boués. Les couoches dé mâr pinchies sé tassent, lîssaunt dépuraer le jus partouot alentou de l’émai !

La tchue se rempllit padaunt qu’eune brôe bllaunche mounte d’aveu le beire . Mais attâtioun, la tchue va y-ête pllenne, o va débordaer, il est graund l’heure dé querrier le beire dauns le touné. Le pus graos de la corvaée est fait, ch’est l’heure dé mouogi, il est eune heure d’arlevaée achteu . . .

Les jouors d’ampraès, i z-ount halaé sus la barre jusqu'à qué le mâr seit byin sé. Pis i l’ount retailli, et mins à trempaer eune nyit dauns vingt pâots d’iâo. Ampraès l’aveî arcouchi sus l’émai, il a étaé serraé enco jusqu’à pis pus.

A matin, eune sémanne ampraès, i l’ount dounaé à mouogi es âomales qu’en raffolent, dauns le bouord du cllos.

Viyiz étoutModifier