• Côtentineis fraunceis
  • Jèrriais Français
Ch't article feut coumenchi en cotentinais Blason département fr Manche.svg
Fraunceis
Français
New-Map-Francophone World.PNGLé Français dans l'monde:
en bliu foncé - langue dé méthe;
en bliu - langue adminnistrative;
en bliu cliai - langue dé tchultuthe;
en vèrt - minnorités
Pays : Fraunce et dauns pusuurs âotes pais du mounde
Famile : Langues Romannes
ISO 639
ISO 639-1 fr
ISO 639-2 fra
ISO 639-3 fra

Le français (français, la langue française) est eune langue romane pâlée en France et dans pusieurs aut'es pays du monde.

Du latin ès langues romanesModifier

Ch'est eune langue qu'a 'té faite su' le latin et eune palanquie de langages pâlées pa' les Gaulais oû temps de la Gaule. Il 'taient en nomb'e et les Romains ont eu biau faire, les loceis ès Gaulais demeurît'ent un miot en plèche, à tout le meins dans les acchents des pays. Ch'est pou' ch'te raison-chi que le latin prêchié en Gaule s'est vîtement changié en eune racachie de prêchiers d'ichi et d'ilo.

V'là qu'ont ratterri, su' le Ve sièc'e, des frélampiers barbares venus du dehors de l'Empire Romain, coume les Vandales, les Goths, les Francs. Il ont apprins le latin de Gaule en prêchant sieusant la mode des gens qui vivaient dans les pays.

Tous ches loceis fût'ent pèquevêchis entou' du latin et ch'a douné les grandes langues romanes qui se dénoquît'ent en France. Les siennes du nord devînt'ent des langues d'oui et les siennes oû sud devînt'ent les langues d'oc, atandis qu'un tiers groupe se naissait ent'e la Suisse, le pays de Grenob'e et le pays lyonnais : l'arpitan (ou francoprovençal).

En Normandie, nos prêchîmes eune langue d'oui. Oû temps de la Neûtrie, le normand et le picard rechevît'ent en échaite joliment de mots venus du vieur norrais, la langue ès Normands escandinaves, dont i' n-y a quièques-uns que nos seut co' dire achteu'. La vieule langue d'oui que nos soulait pâler à Paris en chu temps-lo n'en rechevit pas tant, ch'est d'ilo que vint la divergence ent'e la langue d'oui de Normandie qui devien'ra le normand d'achteu' pis la langue d'oui de Paris et de l'île-de-France qui devint le français d'achteur.

Le vieur normand fut oû Méyen Âge la variante du vieur français que nos soulait prêchier en Normandie et ch'est chu vieur français de Normandie qui s'esportit en Angleterre pour y douner l'anglo-normand médiéva' dont les Anglais font co' usage dans leu' parlement anhui.

De la langue d'oui oû français d'anhuiModifier

Le langage des siens de Paris et du cent'e de la France servit oû Méyen Âge coume langue de pâlement pou' s'entend'e d'eune trige à l'aut'e du Reyaume de France, et ch'est coume cha que chutte langue d'oui centrale devint reide vîtement la langue ès grands, la sienne ès signeu's et ès houmes de loué. Ch'te langue-chi, qui n'tait pouent cor eunifié et codée, fut itout la langue qui s'imposit p'tit-à-p'tit dans la littérature.

Ch'est ainchin que le français print signeurerie su' les aut'es loceis de la langue d'oui qui devînt'ent des patois, et chu prochès c'menchit dans les chités. Tandis cha, les vilotins mînt'ent co' deux-treis chents ans devant que de pâler complètement français, et les aut'es langues d'oui y demeurît'ent prêchies d'aras jusqu'oû XIXe sièc'e.

Les langues françaisesModifier

Le français n'est pouent prêchié seulement en France mais itout d'aut'e part dans le monde, et de depis longtemps. Cha c'menchit oû Méyen Âge, coume nos l'avons jà veu, en Angleterre, quand le Du' Guillaume territ d'aveu' ses houmes. L'anglo-normand n'est pus mot prêchié achteu' maishui, mais les Anglais seulent co' n-en usage oû Parliament oû jou' d'anhui.

Pis, les Français s'en fût'ent un brin vei' le nouviau monde su' leu's batiaux oû XVIe et XVIIe sièc'es et il y prînt'ent quartier oû Canada yoù i' fondît'ent le Québé'. Achteu', le français est la seconde langue la pus prêchie oû Canada et il y counaît pusieurs loceis :

  • le français québécais, pâlé pa' 8 millions d'âmes, et qu'a bien des mots normands conservés yens atandis que sen acchent et un miot de sen langage diffèrent du français de France ;
  • le français acadien, pâlé pa' ent'e 1 et 3 millions d'âmes, qu'a itout des mots normands yens et qu'est pus rude à entend'e pour un Français de France, d'aveu' des conjugaisons qui diffèrent et biaufaire de mots de langage différents itout ;
  • le français manitobains, qui ressemble à ch'ti-lo du Québé'.

Le français est cor itout pâlé en Louisiane (ent'e 750 000 et 1 million de prêcheu's) et, de depis le XIXe sièc'e, en Afrique (pusieurs millions de prêcheu's).

À Jerri, i' y a un itout un restant de français de Jerri, un restant de la vieule langue ès gens de loué, rapport à la Coûteume de Normandie qu'est cor avenante ilo.