Ouvrir le menu principal
Ch’t articlle feut coumenchî en côtentineis Blason département fr Manche.svg
Qùiques passages du livre dé la Genèse sus eune enleumineure.

Le Live de la Genêse (en latin Liber Genesis, en vuus greis βιβλίον της Γενέσεως, en hébreu ספר בראשית est le prémyî live de la Torah (Pentateuque), et don itou de la Biblle. Chu live est foundamentâ pouor le judaème et le christianème.

Le live de la Genêse est le prémyî live de la Torah (Pentateuque), et itou le prémyî live de la Tanakh, la Biblle hébraïque, et du Vuur Testament chrétian.

Le noum du live en hebreu est בראשׁית Béréshît, ch'est le prémyî mot qui feut écrit et cha veurt dire "oû c'menchement". Les chinq lives de la Torah feûtent dénoummaés en hébreu d'ampraés leus prémyî qu'i countyinent.

CountenunModifier

Dauns le countexte théologique, la Genêse est le live des c'menchements : de la terre, du péchi, de la promesse de rétabllîment et de l'électioun des tribus d'Israël. Les mots princhipâs sount :

  • La Criyatioun: la présentatioun d'eun Dùu unique qù'a criyaé touot chu qù'est.
  • La Tumbe: la désobéyissaunche d'Adam et Ève qui mouogent du fryit de l'âbe défendu, d'ilo vyint la la mort, taunt byin physique que esprituelle dauns le mounde.
  • Le Déleuge ieuniversâ: la correuptioun et dégradatioun de l'humanetaé qui s'ensuut et qui reforchit Dùu à provoquaer le Déleuge, duquî seû Noué I voulit sâovaer (d'or sa famîle et eun couoplle de touotes les espèces de bêtouns afin que les espèces peûtent en countinuaer à vive).
  • Babel: La terre qui feut de nouvé peupllaée des hoummes ampraés la fin du Déleuge. Les hoummes voulaunt devenin autonômes et pouveî se passaer de Dùu, i c'menchîtent à féchounaer eune reide graund touor pouor aveinre les cyus. Dùu fit avenin les laungues différentes taunt et si byin qu'i ne peûtent pus mais se coumprenre et ne peûtent pus mais countinuaer à féchounaer la touor.
  • Abraham: l'électioun d'Abraham qui feut chouési pa Dùu pouor ête père de sen peuplle.
  • Egypte: le patriarque Jacob, fî d'Isaac, et ses douoze fîs migrent en Egypte.

Touot peut ête réseumaé par eun cyclle don divine - traésoun de l'houmme - alliaunche qui se treuve dauns tout le Vuur Testament.

Prémyî capitre en normaundModifier

Oû coumenchement, Duù créit le cyil et la terre, et la terre éteit veude et pis cailleuse, les breunes couovreient l’abiême et l’esprit de Duù, sen souoflle, sé mouoveit sus l’s iâos.
Duù disit : « Qué seit la leumyire » et la leumyire feut. Duù viyit que la leumyire éteit bouone et i roumpit la leumyire d’aveu les breunes.
Duù appelit la leumyire « jouo » et les breunes « nyit ». Il y eut eun seî et il y eut eun matin : prémyî jouo.
Duù disit : « Qu’il y ait eun firmament oû mitaun des iâos et qu’i roumpe les iâos d’aveu l’s iâos » et i feut mannyirement. Duù fit le firmament qùi roumpit l’s iâos qùi sount à-hâot d’aveu l’s iâos qùi sount à-bas et Duù appelit le firmament « cyil ». Il y eut eun seî et il y eut eun matin : deusième jouo.
Duù disit : « Qué l’s iâos qùi sount souos le cyil s’amounchellent en eun seû luù et qué se mouôtre la côte » et i feut mannyirement. Duù appelit la côte « terre » et le touot des iâos « mé », et Duù viyit que ch’éteit bouon.
Duù disit : « Qué la terre mouolène dé verdeure : des herbes qùi portent dé la sumenche et d’s âbres qùi portent des fryits et qùi dounent sus la terre séloun leus enge des fryits aveu leus sumenche » et i feut mannyirement. :La terre pouorduusit de la verdeure : d’s âbres qùi portent sumenche séloun leus enge, d’s âbres dounaunt séloun leus enge des fryits qùi portent leus sumenche, et Duù viyit que ch’éteit bouon. Il y eut eun seî et il y eut eun matin : tyirs jouo.
Duù disit : « Qu’il y ait des villeux oû firmament du cyil pouor roumpre lé jouo d’aveu la nyit ; qu’i seient des sènes pouô les faêtes coume pouô les jouos et les auns ; qu’i seient des villeux oû firmament du cyil pouor écllergî la terre » et i feut mannyirement. Duù fit les deus graunds villeux : lé graund villeux coume puissaunce du jouo et lé petit villeux coume puissaunce dé la nyit, et i fit itou l’s éteiles. Duù les fit oû firmament du cyil pouor écllairgî la terre, pouor coumaundaer oû jouo et à la nyit, pouor roumpre la leumyire d’aveu les breunes, et Duù viyit que ch’éteit bouon. Il y eut eun seî et il y eut eun matin : quatrième jouo.
Duù disit : « Qué l’s iâos crouôlent d’eun mouolènement d’êtres vivaunts et qué d’s ouésiâos volent dessus la terre countre lé firmament du cyil » et i feut mannyirement. Duù créit les graundes orbaêtes dé la mé et touos les êtres vivaunts qùi s’écrîlent : l’s iâos les fîtent crouôlaer séloun leus enge et touot le bétâle aîlaé séloun s’n enge, et Duù viyit que ch’éteit bouon. :Duù les bénit et disit : « Séyiz petioteux, raproduus-ouos, emplliz l’iâo des més et qué l’s ouésiâos se raproduusent sus la terre ». Il y eut eun seî et il y eut eun matin : chinqùième jouo.
Duù disit : « Qué la terre pouorduuse des êtres vivaunts séloun leus enge : baêtes, âomâles, orbaêtes, sâovagins, séloun leus enge » et i feut mannyirement. Duù fit les baêtes sâovages séloun leus enge, l’s âomâles séloun leus enge et touos les sâovagins de la terre séloun leus enge, et Duù viyit que ch’éteit bouon.
Duù disit : « Faisoums l’houme à noutre image coume noutre arssembllaunce, et qu’i doumène sus touos les peissouns de la mé, l’s ouésiâos du cyil, les baêtes sâovages et sus touos les sâovagins qùi grappent ».
Duù créit l’houme à s’n image, à l’image dé Duù i le créit, houme et fame i les créit.
Duù les bénit et leus disit : « Séyiz petioteux, raproduus-ouos, emplliz-la et souomettaez-la ; douminaez sus touos les peissouns de la mé, l’s ouésiâos du cyil et sus touotes les baêtes qùi grappent sus la terre ». Duù disit itou : « J’ouos doune touotes les herbes qùi portent sumenche, qùi sount sus touote l'aire dé la terre, et touos l’s âbres qù’ount des fryits qùi portent sumenche : cha sera voutre maungî.
À touotes les baêtes sâovages, à touos l’s ouésiâos du cyil, à touot cha qùi grappe sus la terre et qù’est animaé d’eune vie, jé doune les verdeures des pllauntes à maungî » et i feut mannyirement.
Duù viyit touot cha qu’il aveit fait : ch’éteit reide bouon. Il y eut eun seî et il y eut eun matin : sisième jouo.
Ainsin feûtent aquevaés le cyil et la terre, aveu touote leus armaée. Oû septième jouo, Duù aveit parfinin touote l’ouovrage qu’il aveit faite et, chu septième jouo, i choûmit. Duù bénit le septième jouo qùer il aveit choûmaé ampraés touot s’n ouovrage dé créatioun.
Telle feut l’histouère du cyil et de la terre quaund i feûtent créaés.