Chût article fut coumenchié en normaund bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Qùiques passages du livre dé la Genèse sus eune enleumineure.

Le Livre de la Genèse (en latin Liber Genesis, en vieur grieu βιβλίον της Γενέσεως, en hébreu ספר בראשית) est le premier livre de la de la Bible pour les Chrétiens et itout de la Torah (Pentateuque) pour les Juis. Chût livre est foundamental pour toutes les braunques du christianême et du judaême.

Le noum du livre en hebreu est בראשׁית Béréchite, ch'est le premier mot qui feut écrit et cha veurt dire oû coumenchement.

Chût livre countient des épisodes foundamentaux dauns la creyaunche chrétienne et juie.

CountenuModifier

Dauns le countexte théologique, la Genèse est le livre des coumenchements : de la terre, du péquié, de la promesse de rétabliment et de l'électioun des tribus d'Israël. Les épisodes princhipaux sount :

  • La Créatioun : la présentatioun d'un Dieu eunique qui a féchouné trétout chen qui est, les houmes y coumprins.
  • La Queute de l'Houme : la désobéissaunche d'Adam et Ève qui maungeüent du frît de l'âbre défendu, d'iloc viennent le Mal et la mort, sitaunt physique qu'esprituelle dauns le mounde.
  • Le Déluge euniversel : corruptioun et décayaunche de l'heumanité qui s'ensieut oû péquié originel et qui provoque l'élugement de Dieu qui engenre un Déluge mais veurt en sauver les animaux de la terre par la veie d'un couple de châque espèche. Dieu demaunde à Noé d'agencier un batel qui pourra les sauver trétous.
  • La Tour de Babel : La terre feut de nouvel peuplèye des houmes aumprés la fin du Déluge. Les houmes, voulaunt devenir autonômes et pouveir faire de sauns Dieu, coumenchent à féchouner eune tour rudement haute pour aveinre les cieux. Dieu fit avenir la counfusioun entre yeux et leux dounit des laungues différentes pour qu'il ne pîssent bren mais parfinir chûte tour.
  • Abréhan : l'électioun d'Abraham qui feut chouési par Dieu pour yêtre père de sen peuple.
  • Egypte : le patriarque Jacot, fieu d'Isaac, et ses douze fieux s'en vount en Egypte.

Tout peut yêtre réseumé par un chycle doun divin, trahisoun de l'houme, alliaunche.

Premier capitre en normaundModifier

Oû coumenchement, Dieu féchounit le ciel et la terre, et la terre éteit veude et cailleuse, les breunes couvreient l’abiême et l’esprit de Dieu, sen soufle, se mouveit sus les iaux.
Dieu disit : « Que seit la leumière » et la leumière feut. Dieu veut que la leumière éteit boune et pis il roumpit la leumière d’aveuc les breunes.
Dieu appelit la leumière « jour » et les breunes « nît ». Il y eut un seir et il y eut un matin : premier jour.
Dieu disit : « Qu’il y aie un firmament oû mitaun des iaux et qu’il roumpe les iaux d’aveuc les iaux » et il feut manièrement. Dieu fit le firmament qui roumpit les iaux qui sount à-haut d’aveuc les iaux qui sount à-bas et Dieu appelit le firmament « ciel ». Il y eut un seir et il y eut un matin : deuxième jour.
Dieu disit : « Que les iaux qui sount sous le ciel s’amouchellent en un seul lieu et que se moûtre la côte » et il feut manièrement. Dieu appelit la côte « terre » et le tout des iaux « mer », et Dieu veièt que ch’éteit boun.
Dieu disit : « Que la terre moulène de verdeure : des herbes qui portent de la sumenche et des âbres qui portent des frîts et qui dounent sus la terre seloun leux enge des frîts aveuc leux sumenche » et il en feut manièrement. :La terre pourdîsit de la verdeure : des âbres qui portent sumenche seloun leux enge, des âbres dounaunt seloun leux enge des frîts qui portent leux sumenche, et pis Dieu veut que ch’éteit boun. Il y eut un seir et pis il y eut un matin : tiers jour.
Dieu disit : « Qu’il y aie des veilleux oû firmament du ciel pour roumpre le jour d’aveuc la nît ; qu’il seient des sènes pour les fêtes coume pour les jours et les auns ; qu’il seient des veilleux oû firmament du ciel pour éclargier la terre » et il feut manièrement. Dieu fit les deux graunds veilleux : le graund veilleux coume pîssaunche du jour et le petit veilleux coume pîssaunche de la nît, et il fit itout les éteiles. Dieu les fit oû firmament du ciel pour éclargier la terre, pour coumaunder oû jour et à la nît, pour roumpre la leumière d’aveuc les breunes, et Dieu veut que ch’éteit boun. Il y eut un seir et pis il y eut un matin : quatrième jour.
Dieu disit : « Que les iaux croûlent d’un moulènement d’yêtres vivaunts et que des oésiaux volent dessus la terre countre le firmament du ciel » et il en feut manièrement. Dieu féchounit les graundes orbêtes de la mer et tous les yêtres vivaunts qui s’écrîlent : les iaux les fîtrent croûler seloun leux enge et tout le bétâle aîlé seloun sen enge, et Dieu veut que ch’éteit boun. :Dieu les bénit et disit : « Seyez petioteux, reprodîs-ous, emplez l’iau des mers et que les oésiaux se reprodîsent sus la terre ». Il y eut un seir et pis il y eut un matin : chinquième jour.
Dieu disit : « Que la terre pourdîse des yêtres vivaunts seloun leux enge : bêtes, aumâles, orbêtes, sauvagins, seloun leux enge » et il en feut manièrement. Dieu fit les bêtes sauvages seloun leux enge, les aumâles seloun leux enge et tous les sauvagins de la terre seloun leux enge, et Dieu veut que ch’éteit boun.
Dieu disit : « Faisoums l’houme à noûtre image coume noûtre ressemblaunche, et qu’il doumène sus tous les peîchouns de la mer, les oésiaux du ciel, les bêtes sauvages et sus tous les sauvagins qui grappent ».
Dieu féchounit l’houme à sen image, à l’image de Dieu, il le féchounit, houme et fame, il les féchounit.
Dieu les bénit et leux disit : « Seyez petioteux, reprodîs-ous, emplez-la et soumettez-la ; douminez sus tous les peîchouns de la mer, les ouésiaux du ciel et sus toutes les bêtes qui grappent sus la terre ». Dieu disit itout : « J’ous doune toutes les herbes qui portent sumenche, qui sount sus toute l'aire de la terre, et tous les âbres qu’ount des frîts qui portent sumenche : cha sera voûtre maungier.
À toutes les bêtes sauvages, à tous les ouésiaux du ciel, à tout chen qui grappe sus la terre et qu’est animé d’eune vie, je doune les verdeures des plauntes à maungier » et il feut manièrement.
Dieu veut tout chen qu’il aveit fait : ch’éteit reide boun. Il y eut un seir et il y eut un matin : sixième jour.
Ainsin feûtrent acquevés le ciel et la terre, aveuc toute leux armèye. Oû septième jour, Dieu aveit parfini toute l’ouvrage qu’il aveit entreprinse et, chût septième jour, il choûmit. Dieu bénit le septième jour car il aveit choûmé aumprès toute sen ouvrage de Créatioun.
Telle feut l’histouère du ciel et de la terre quaund il feûtrent féchounés.