Naufrage de la Blaunche-Nef

(Èrdirect dé par Nâofrage dé la Bllaunche-Nef)
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Le naufrage de la Blanche-Nef.

Le naufrage de la Blaunche-Nef est un débordage du batel « la Blaunche-Nef » (en dreit normaund du XIIe sièclle nos diseit la blanke nef, en fraunceis moderne ch’est la Blanche-Nef) qu'éteit un batel de la flotte normaunde oû XIIe siècle. Chût naufrage eut lieu le 25 de novembre 1120 à Barfleur, à la pleine-mer du Côtentin. Oû moument du naufrage, le batel aveit à sen bord pas meins de 140 hauts barouns, 18 dames de haute naîté (fîles, sœurs, nièches ou épouses du Rei et des coumtes), emmi qui l’heir du trône d’Aungleterre, le prinche Guillaume Adelin, fieu oû Rei Henri Ier Biauclerc.

Les événementsModifier

En tout, 300 persounes perdîtrent la vie, seul un bouchier rouenneis appelé Béroud seurvéquit, il s’éteit ahoquié d'aveuc un jeune houme dénoumé Godefreid oû mât du batel qu’éteit cor desseur la seurfèche de l’iau. Le jeune Godefreid finit par lâchier et il mourit dauns les iaux freides. Béroud racountit que dauns l'asseiraunt du 25, tandis que l’équipage aveit bien beu et maungié et que le capitaine s'éteit démenté d’aller par Barfleur pour aveindre pus vîtement oû batel du Rei de Fraunce, un graund craquement fut ouï et le batel coumenchit à couler vîtement. Ahoquié oû mât du batel à quei il deut sa seurvie, il veut le capitaine de la Blaunche-Nef, Thoumas, qui revint à la seurfèche oû mitaun du plein des corps et des débris. Chûti-là demaunde à Béroud et Godefreid chen qu'il en éteit avenu du prinche Guillaume Adelin, l’heir du trône d'Aungleterre. Devaunt la réponse que fîtrent Béroud et Godefroi, ch’est-à-saveir qu'il ne l’aveient bren reveu et qu’il éteit bien creyable qu'il fût mort, Thoumas cridit et dit « Mal de mei car le fieu du Rei est mort par ma faute ! » devaunt que de se laissier mourir dauns les iaux freides.

Le réchit par Ordéric Vital (estrait de sen Histouère de la Normaundie)Modifier

Dauns la batellerie, il avint eun évènement méhagnier qui engendrit un graund deul et fit giler graumment de lermes. Cha coumenchit quaund Thomas fitz-Étienne s’en fut trouver le Rei et, li offraunt un marc d’or, li disit : « Étienne fitz-Airard éteit men père et toute sa vie, il servit le voûtre sus la mer. Fut li qui, sus sen batel, le menit en Aungleterre quaund il s’en fut coumbattre Haroud. Fut un boun emplei oû pouent que, jusqu’à sa mort, la manuyaunce de ses serviches fut oû leisir à Guillaume et que, coumblé par ses dounaisouns, il véquit aisiment d’aveuc ses coumpatriotes. Men Seigneux Rei, j’ous demaunde la même faveur : j’ai pour voûtre reyal serviche un batel greyé de première que nos appelle la Blaunche Nef ».

Le Rei li fit chûte répounse : « J’acquesce à voûtre demaunde. J’ai pameins chouési un batel qui me couvient et je n’en caungerai pièche ; mais j’ous counfie mes fieux Guillaume et Richard que j’aime quièrement coume mei-même, et bien des nobles de men reyaume ».

À ches mots, les matelots fûtrent coumblés de jouèe ; et en se faisaunt amiables ès fieux oû Rei, il li demaundîtrent du vin. Le prinche leux en fit douner treis mîds : mais qu’il les eussent recheus, il en beûtrent et en baillîtrent de même à leux camarades et, en bevaunt d’excès, se saolîtrent. Sieusaunt l’ordre baillié par le Rei, bien des barouns s’embarquîtrent d’aveuc fieux sus la Blaunche Nef : quasi treis chents persounes, seloun mes carculs, s’acachîtrent sus chût batel mortel. Deux mouènes de Tyroun, Etienne, coumte de Mortain d’accaunt deux quevaliers siens, Guillaume de Roumare, le chaumbelaun Rabel, Edouard de Salisbéry et bien des autres débougîtrent pameins du batel aumprés aveir remarquié qu’il y aveit iloc trop de jeunes gens saols. Y éteient à coumpter eune chiquauntaine de rameurs et eun équipage invectif qui, aherdaunt les caires et les bauncs, engableit le batel et qui, la raisoun tolie par la beichounerie, n’aveit pus mais d’égards pour pièche. Hélas ! Coume ches âmes éteient sauns pieuse dévotioun pour Dieu qui maris immodicus moderatur et aeris iras*.

Adounc décachîtrent-il d’aveuc des riries et bien de l’effrount les prêtres qui éteient venus pour les bénir tout coume les autres ménistres qui accarrieient de l’iau bénite ; mais il ne targîtrent pas à douleir de la peunitioun pour leux marganeries. Le batel à Thoumas, la Blaunche Nef, aveit à sen bord ches houmes et les passagiers d’accaunt le trésor du Rei et pis les mîds de vin, il éteit tout empli. Les houmes pressaunts enhâteient Thoumas de sieure le batel oû Rei qui déradeit déjà et horsieit à la haute mer. Thoumas, que le vin aveit toli de sa raisoun, se counfieit déjà dauns sen adrêche et la chelle à ses gens, il prometteit d’ot de l’audache qu’il dépassereit tous les cheux qui le devauncheient. Il dounit le signal du départir. Dès oussitôt, les matelots aherdîtrent proumptement leux rames et, pleins de jouèe, dauns l’incounaissaunce eyoù il éteient du déhait qui alleit leux avenir, il assîtrent les agrès et poussîtrent le batel d’ot eune graunde forche sus les flots. Coume les rameurs, pleins de vin, épleiteient de toute leux forche, et que le paure capitaine gencieit mal la directioun du gouvernal, le côté gauche de la Blaunche Nef burguit dauns un choc un gros roquier que nos veit tous les jours à la basse-iau et qui est ensieute recouvert oû revif. Deux pareis de boués en fûtrent enfoundrèyes et le batel fut, hélas, tout-à-trac seurvaudé ! Dauns un graund daungier d’intel, tout le mounde poussit des cris affreux, mais l’iau ne targit pas à leux emplir la goule et il pérîtrent tous de même. Deux houmes seuls aherdîtrent la vergue qui souteneit la veile et, y demeurîtrent ahoquiés eune graunde partie de la nît, espéraunt que leux viendreit eune quelcounque assistaunce. L’un de ches deux houmes éteit un bouchier de Rouen prénoumé Béroud et l’autre éteit le noble jeune houme Goîfret, fieu à Gîlebert de l’Aigle.

Adounc éteit la leune dauns sen dix-neuvième jour oû sêne du Torel : duraunt quasi neuf heures, alle éclargit de ses rayouns chûte paure schène et rendit la mer relîsaunte ès urs des navigateurs. Le capitaine Thoumas, aumprés aveir été prins dauns les flots par le coulement du batel, ressourdit de l’iau et, veyaunt les deux seurvivaunts sus la vergue, leux demaundit chenna : « Qu’est devenu le fieu oû Rei ? » Les deux naufragés li ayaunt répouns qu’il aveit péri, tout coume tous ses coumpagnouns, Thoumas reprint : « Achteur maishî, il m’est affreux de vivre » et, à ches mots, dauns l’excès de sa désespéraunce, il aimit mieux mourir en chût endreit que d’aveir à douleir de l’étrivaisoun du Rei qui aveit perdu ses deux éfaunts et les souffraunces des fers. Seurpendus sus les iaus, Béroud et Goîfret en appeleient à Dieu, s’encourageient l’un l’autre et, guedinaunts, espéreient la fin que Dieu leux bâlereit. Chûte nît fut freide et gléchie : aussi queut le jeune Goîfret dauns les flots pour n’en pus revenir, aumprés aveir recoumaundé sen coumpagnoun d’inforteune à Dieu. Quaunt à Béroud, qui éteit un paure jeune houme vêti de hardes en pel d’agnel, il seurvéquit seul de tous ches gens qui éteient sus la Blaunche Nef : il regagnit la terre à matin sus la barque de treis pêqueux qui le trouvîtrent. Aumprés s’en yêtre remins petit, il racountit en détal chût triste événement et véquit cor vingt ans en boune saunté.

  • qui gencie les ires de la mer et des vents