Gisacum : les thermes

Gisacum est eun trîge gallo-romain qùi’est fiqùi daus la c’meune du Vuus-Évreus dauns le département de l'Eûre, en Ĥâote-Normaundie.

Eun miot d’histouèreModifier

 
Petits seits démuchis à Gisacum

Iyi syiclle, le peuplle d’s Âolerques éburovices se sount adounaés à bâti eune petite ville-chimetyire, qù’i noumintent Gisacum, à eune lue oupreus de lus capitale, la citaé de Mediolanum Aulercorum (ch’est achteu Évreus). Gisacum est merqùie dauns eun vuus papyi reide couneu, l’Itinéraire d'Auntonin et itou sur la Tablle de Peutinger.

La villette c’menchit à s’amaraer liement dé depis le IIe syiclle et o print eune fourme à sêt carres, sus viroun 6 qùilomètes dé touo et 1,8 km à tra. D’s installatiouns feutent plléchie, pouor affêtaer l’enreit, et no peut enco veî les thermes, qùi prennent eune graunde pllèche pach'chin, (d’aveu 109 m dé loung sus 84 dé bouot), eun miot acouénaées oû survouêt de la citaé.

No veyait là itou des fana (ch’tait eune mannyire dé templle), eun théyâte dé pus 106 m de bouot et qùi pouovait aqùilli paé meins de 7 000 persounes, et pis eun forum et eun portique. D’aveu eune graundeu de terran de 200 acres (cha fait ente 230 et 250 hectares), Gisacum ‘tait ieune des pus graundes ville-cimetyire de la Gâole.

I fâot saveî qùé l’s Éburovices baillaient eun tchulte és dùus romains, coume Apollonius, Jupiter, Mercurius, Martius ...) et itou... à l’empereus romain, pîqù’i falait manyirement le faire, et touot chenna dauns eun graund urdi qùi ne f'sait brin pus de 5 acres ou viroun. L’s arqùéologues ount défoui eune trivelaine de morciâos d’agobîles dé réligioun (d’s estateues, eun masque dé cérémounîn), qùi sount gardaés anhyi oû musaée d'Évreus.

Sus l’âge, la villette s’est veue coume dé raisoun à l’abanoun, pîque l’empire romain se périssait : les thermes feutent linraés au mitaun du IIIe syiclle et, touos acllâtis, i feutent abbatus oû IVe syiclle.

Eun graund trîge arqùéologiqueModifier

 
Estateue de brounze dé Jupiter Stator, démuchie à Gisacum (Musaée d'Érveus)

Oû c’menchement du XIXe syiclle, Fraunçoués Revet feut le prémyi à défoui les bouots de thermes ; les défouissements ount ‘taé entesuusus par Charles dé Stabenrath en 1829, et ensueute par Théodose Bonnin, dauns l’s annaées 1840. Le département de l'Eûre acatit les muns des thermes dauns l’s annaées 1830. Pis, dauns la prémyire mitaun du XXe syiclle, Émile Espérandieu et Marcel Baudot ount enco trachi sus la pllèche, et v’là qu’ente 1973 et 1978, l'associatioun « Archéo 27 » finint de faire lé touo des vuules. La siquerèche dé 1976 aingùit byin les défouisseus, pîque les photographies prinse en avioun ount permins d’arcounaîte la vraie graundeu du trîge l’enreit.


Viyiz itouModifier

Y'a acouo d'tchi à vaie ou à ouï entouor
Gisacum
siez la C'meune à Ouitchimédia

BibliographieModifier

  • Laurent Guyard, Thierry Lepert, « Renaissance d’une ville sanctuaire gallo-romaine : le Vieil-Évreux », dauns Archéologia, Modèle:Numéro359 (setembe 1999), page 20 et sq.
  • Michel Dabas, Laurent Guyart, Thierry Lepert, « Gisacum revisité », dauns Dossiers archéologie et sciences des origines, Modèle:Numéro308 (novembe 2005), pages 52-61.
  • D. Cliquet, P. Eudier, A. Etienne, Le Vieil-Évreux. Un vaste site gallo-romain, Counsêl généra de l'Eûre, Évreus, 1996.