Breton

(Èrdirect dé par Bréton)
Chût article fut coumenchié en normand bel-écrit Inkwell icon - Noun Project 2512.svg
Bréton
Brezhoneg
Huelgoat Chaos mill.jpg
Un pannel sus un moulin en breton et en franceis.
Pays : Armoiries Bretagne - Arms of Brittany.svg Bretagne (France)
Famile : Langues Celtiques
Langues brittouniques
Britto-cornique
ISO 639
ISO 639-1 br
ISO 639-2 bre
ISO 639-3 bre

Le breton (en breton : brezhoneg) est eune langue cheltique que nos parle en Bretagne. Le breton découle de la langue brittounique parlée par les Bretons venus des îles britanniques ès Ve et VIe siècles, le breton end a cor eune belle arsemblance d'aveuc les parlages cornique et galleis du Reyaume-Euni et il peut yêtre ben entrecomprenable d'aveuc le cornique.

Seûment un meindre nombre de gens parle cor la langue achteur, coume pour biaufaire d'autres langues régiounales en France. Les parleux de breton restent sutout dans le Vouêt de la provinche. Le breton est la yeune des deux langues régiounales de Bretagne, l'autre est le gallou à l'Êt. Achteur, la gent parle le franceis dans toute la Bretagne coume en Normandie, mais les Bretons demeurent bien attaquiés à leux langue bretoune.

Le breton a douné deux-treis mots oû normand, sutout oû normand jerrieis:

  • pihangne vient de bihan (p'tit)
  • quédaine vient de gaden (lièvre) - nos direit coume un lièvre
  • baîni

HistouèreModifier

La langue bretoune est la langue des populations brittouniques qui s'en vîntrent en Armorique oû Ve siècle (et magène itout oû VIe siècle), ches gens s'en veneient de Galles et des Cornouailles angleises. Le breton, le galleis et le cornique fûtrent la même langue durant des siècles devant que de se différencier, les treis langues demeurent cor enhî reide préchaines (sutout le cornique et le breton qui sont quasiment entrecomprenables).

GrammaireModifier

Le breton a eune grammaire reide différente du normand ou des langues romanes.

ArticlesModifier

L'article indéfini breton ne change pas selon le genre :

  • ur pour un ou eune, chût mot devient ul devant un l- et un devant un t-, un d- ou un n- ;
  • il n'y a bren d'article indéfini oû pluriel.

De même, l'article défini ne change pas selon le genre, il ne change pas non de pus sieusant le nombre :

  • ar pour le, la ou les, chût mot devient al devant l- et an devant un t-, un d- ouben un n-.

VerbesModifier

Les verbes se conjuguent en breton de treis modes sieusant la féchon de gencir ses mots :

  • Si le sujet est devant le verbe, nos use de la particule a et le verbe est conjugué à la tierse persoune du singulier de féchon inchangie :
Me a zebr bara : je mangeüe du pain, litt. je « a » mangeüe pain
C'hwi a zeu d'ar gêr : vos venez en ville, litt. vos « a » vient à la ville
Laouig ha Mazhev a wel ur vag : Louis et Matthieu veient un batel, litt. Louis et Matthieu « a » veit un batel
  • Si nos veut appier sus l'objet de l'action et pas sen sujet, nos peut mettre l'objet de première plache et ensieute le verbe avant le sujet, nos peut même tolir le sujet si que ch'est un pronom. De chûte féchon de gencir la phrase, le verbe se conjugue sieusant le sujet : :
Bara a zebran(-me) : je mangeüe du pain ouben ch'est du pain que je mangeüe, litt. pain « a » mangeüe(-je)
Ur vag a welont(-i) Laouig ha Mazhev : litt. un batel « a » veient(-il) Louis et Matthieu.
  • Si que l'objet est indirect (COI), ch'est-à-saveir qu'il est acconduit par eune préposition, ouben si nos veut mettre un adverbe oû coumenchement de la phrase, nos fait la même cose qu'oû pouent d'en-dessus mais nos use d'eune autre particule, la particule e. Vos verrez que les verbes change de première consounes, ch'est la mutation des consounes, cha n'a rien à veir d'aveuc la conjugaison mais ch'est à veir dans la partie phonétique :
Bemdez e tebran(-me) bara : châque jour, je mangeüe du pain, litt. châque-jour « e » mangeüe(-je) pain ;
D'ar gêr e teuit(-c'hwi) : vos venez en ville ouben ch'est en ville que vos venez
Hiziv e kwelont(-i) Laouig ha Mazhev ur vag : enhî, Louis et Matthieu veient un batel, litt. enhî « e » veient(-il) Louis et Matthieu un batel.

Le breton de VannesModifier



Compassous décrit coume eune langue à part, le breton de Vannes (brezhoneg gwenedeg) est un dialecte du breton reide particulier. Sa grammaire, sen acchent et sen lexique sont assez différents des cheux ès autres parlages bretons, il est en fait ben pus conservateux et nos peut ratrouver en vanneteis joliment de mots couneus en vieux breton ouben dans les autres langues brittouniques (le cornique ou le galleis), mais que le breton coumun n'a pas gardés.

Quieuques féchons de faire du breton de Vannes :

  • à la plache de oa ailleurs en Bretagne : divskoez à la plache de divskoaz (« épaules ») ;
  • pluriels féchounés en -eù à la plache de -où ailleurs : koedeù pour koadoù (« forêts ») ;
  • zh est prononchié h ou kh à la plache de z ailleurs en Bretagne : kah pour kazh (« cat ») ;
  • le verbe « yêtre » se dit boud tandis qu'en breton coumub, nos dit pus souvent bezañ (même si que boud n'end est pas meins couneu itout dans le reste de la Bretagne), chûte vieule forme boud est la pus coumeune en vanneteis et correspond oû galleis bod et oû cornique bos ;
  • le verbe « saveir » se dit gouied à la plache de gouzoud (ou goûd) ailleurs en Bretagne ;
  • àr à la plache de war pour dire « sus » ;
  • arall à la plache de all, coume en vieux breton, en cornique et en galleis ;
  • ged à la place de gant pour « d'aveuc, d'ot » ;
  • groeit à la plache de graet pour « fait » etc.

VogabulaireModifier

Breton Cornique Galleis Normand
gweled gweles gweld veir
den den dyn homme
gwad gwas gwaed sang
maen men maen pierre
boud, bezañ bos bod yêtre
koad koes, kos coed forêt
gwenn gwenn, gwedn gwynn blanc
du du du neir
mezv medhow meddw miel
goañv goav gaeaf hiver
kreñv krev cryf fort
ger ger gair mot
mab mab mab fieu
gwreg gwreg gwraig femme
gwerzhañ gwertha gwerthu acater
ragweled ragweles rhagweld préveir, antichiper
hiziv hedhyw heddyw enhî