École siennaise

Nos seut appeler école de Sienne ou co' école siennaise un mouvement de peinteure italien qui se développit ent'e les sièc'es XII et XVI à l'entou' de la chité de Sienne en Touscane. L'école siennaise se dénoquit à ras de la sienne à Fleurenche, et i' y eut eune manière de rivalité ent'e les deux chités, tant dans chu doumaine coume dans bien d'aut'es.

Eune Vierge oû Fisset siennaise pa' Lippo Memmi, XIVe sièc'e.

L'école siennaise soulait se démarquier par un goût raffiné des couleu's, des modèles et des jeux imagiers, échaites de l'art des icoûnes byzantènes. Les couleu's dont nos soulait faire usage à Sienne quéraient à douner une moûtranche reide caude : orangiés, rouges bien vi's, verts amande, doré. La peinteure siennaise 'tait bien espéciale itout coume cha qu'a' faisait fèn' usage de contrastes ent'e les caudes couleu's pis les eunes freides ; mais co' qu'a' développit la maîtrise du verdas (verdaccio), eune féchon de pein're les figueures et les mains qui fit la glouère d'un mouché' de grands peint'es siennais coume Simone Martini. Eun aut'e trait bien siennais 'tait la manière de faire senti' la narration : bien des schènes de la vie ès saints n'avaient mèche de modèle icounographique, i' fallut don' que les peint'es siennais n-en engignissent des nouvelles. De même, les Siennais eût'ent aveure le souchi d'encorser à leur art les modes d'espression gothiques. Pa' lo, i' se démarquît'ent enco' des principes que nos attribue à la peinteure de la R'naîté italienne, qui trachait putôt à se dépren're des herses de l'art gothique.

Les grands maît'es les pus couneus et les pus conséquents de l'école siennaise feût'ent Duccio – lequié' sieusait co' d'excès l'art byzantin, sen pupi' Simone Martini, les frères Pietro et Ambrogio Lorenzetti qui eût'ent bellement d'avision, les cousins Domenico et Taddeo di Bartolo, Il Sassetta et Matteo di Giovanni.

Les artistesModifier

1251-1300Modifier

 
Guido da Sienna, Maestà, San Domenico de Sienne.

1301-1350Modifier

 
Simone Martini et Lippo Memmi, Annonchie et deux saints.

1351-1400Modifier

1401-1450Modifier

 
Benedetto di Bindo, Arliquera aveu' des anges et histouères de la Vraie Crouéx (1412).

1451-1500Modifier

1501-1550Modifier

1551-1650Modifier